Click here to read this in English

 

Le dernier jour de mars, cinq personnes vivant dans la communauté Tembo de Tchigoma, dans la province du Sud-Kivu, ont été enlevées par certains membres de la communauté immigrée Hutue voisine qui revendiquaient un site minier contesté. Ils ont été emmenés à Katasomwa, à l’intérieur du parc national de Kahuzi Biega (PNKB), un site du patrimoine mondial de l’UNESCO dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Les Tembo se sont rendus à Katasomwa pour tenter de libérer les personnes kidnappées; une milice Hutue s’est alors dirigée vers Katasomwa pour intervenir mais l’armée de la RDC a bloqué leur chemin. Des combats ont éclaté, tuant des soldats et des miliciens, et la situation s’est rapidement détériorée en un conflit régional entre les milices Tembo et Hutu.

 

Maintenant, sept semaines plus tard:

  • jusqu’à 12 000 familles de divers groupes ethniques ont été déplacées par les combats et ont un besoin urgent d’assistance
  • les personnes déplacées vivent dans des églises ou des écoles, dans des familles d’accueil ou à l’extérieur sans abri
  • les enfants ne sont pas à l’école, les familles ne peuvent pas travailler dans leurs champs et de nombreuses familles n’ont pas assez à manger
  • au moins 12 civils ont été tués, et probablement beaucoup plus
  • les écoles et les églises ont été démolies; deux hôpitaux ont été complètement pillés et des patients blessés
  • au moins 30 maisons ont été détruites

 

Les autochtones Batwa vivant autour du parc ont été pris au milieu. Plusieurs membres de la communauté Batwa ont été tués et maisons des Batwa ont été incendiées. Beaucoup ont fui dans la forêt ou dans les villages voisins.

Photo by Paulin Mwendo (ARAP); October 2020

 

Le déclencheur des combats s’est avéré être un site minier contesté à Katasomwa, à l’intérieur du parc national Kahuzi Biega. Une importante communauté d’immigrants Hutus s’est développée dans le parc, et les communautés Hutu et Tembo veulent toutes deux exploiter les minerais. C’est particulièrement scandaleux, étant donné le fait que des peuples autochtones Batwa ont été jetés en prison et même tués pour avoir été à l’intérieur du parc – leurs patries traditionnelles. Le parc insiste sur le fait que le déplacement des Batwa et la violence subséquente contre eux est nécessaire pour protéger ces terres spéciales du «patrimoine mondial» et ces espèces menacées. Mais maintenant, nous apprenons qu’il y a d’autres grandes communautés qui vivent, cultivent, exploitent et combattent même à l’intérieur du parc. Comment se peut-il?

 

Cliquez ici pour lire notre rapport sur le conflit (en français) sur notre site Web.

 

L’agrandissement du parc en 1975 a brutalement forcé les Batwa à quitter leurs terres. Depuis 45 ans, ils vivent dans une pauvreté abjecte, sans terre et en grande partie sans moyens de subsistance. Parce que les terres du parc ont été vidées de leurs gardiens traditionnels – les Batwa – ces terres étaient considérées comme un espace ouvert par d’autres communautés et groupes armés, qui les utilisaient comme un endroit pour se cacher des autorités, comme un lieu de rassemblement pour les milices ou comme un lieu pour extraire des minéraux et du bois.

 

Pendant ce temps, les écogardes militarisées du parc (avec la complicité des autorités du parc et de l’armée) continuent de harceler, de tirer sur, d’arrêter, d’emprisonner ou même de tuer les Batwa lorsqu’ils entrent dans le parc. Cela s’est produit même lorsqu’ils entrent dans le parc à des fins autorisées: par exemple, en août 2017, Nakulire Munganga et son fils de 17 ans, Mbone Nakulire, ont été abattus par des écogardes armés alors qu’ils collectaient des herbes médicinales pour traiter une épidémie de choléra ; l’adolescent a été tué. Nous avons passé plus d’un an à essayer de libérer le chef Kasula et sept autres Batwa de la dure prison de Bukavu, où ils ont été condamnés par un tribunal militaire à 15 ans, après avoir osé mettre les pieds dans le parc. Il y a clairement un double standard, et maintenant nous apprenons à quel point la différence est dramatique: les grandes communautés, les fermes, les sites miniers et les milices sont autorisées à exister dans le parc, tandis que les familles pacifiques Batwa ne peuvent pas entrer dans le parc – leurs propres terres traditionnelles.

 

La RDC est la quintessence d’une économie extractive colonisée, où tout est pris par des élites riches ou puissantes et où les gens du commun se battent pour les restes. Depuis le moment où le roi Léopold de Belgique a pris le bassin du Congo par la force en 1885, les dirigeants congolais ont continuellement siphonné la richesse, ne laissant rien pour soutenir le bien-être de la population. En plus des kleptocrates qui dirigent le pays, des milices armées du Rwanda et de l’Ouganda voisins ont également envahi pour saisir des minerais et des terres dans l’est de la RDC. Avec l’avènement de la «technologie verte», ces minéraux ont pris une importance encore plus grande à l’échelle mondiale, et les grands intérêts miniers, notamment la Chine, la Suisse, Israël et le Canada, s’efforcent de prendre le contrôle. Tout le monde essaie de prendre ce qu’il peut, et les provinces orientales de la RDC sont devenues une zone de conflit permanent.

 

Malheureusement, les intérêts internationaux de «conservation» fonctionnent de la même manière, prenant la terre par la force et empêchant les peuples autochtones et les communautés locales d’accéder, de gérer ou de bénéficier de ce qui était leur patrie traditionnelle. Cependant, même avec une formation militaire et des armes militaires, les écogardes du parc ne sont pas en mesure de maîtriser les milices envahissantes. Ils opèrent selon le paradigme raté appelé «conservation coercitive», qui détruit les communautés autochtones, permettant ainsi la destruction des terres dites «protégées» par d’autres.

 

C’est un scandale qui doit être arrêté. Le réseau régional de l’IfE en RDC et dans les pays voisins, appelé Réseau Initiative for Equality (RIFE), s’emploie à:

  • surveiller les conflits, les lieux où les Batwa ont fui et ce dont ils ont besoin; puis transmettez ces informations aux agences d’aide humanitaire
  • documenter les meurtres, les arrestations illégales et les pratiques de corruption des gestionnaires du parc et des écogardes du parc
  • protéger les droits humains et les droits fonciers des Batwa devant les tribunaux congolais
  • fournir des preuves de violations à la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples
  • sensibiliser le public en RDC et dans le monde à cette situation de conservation coercitive, et mettre en relation nos partenaires locaux avec des financements internationaux pour défendre leurs droits

 

Nous ne pouvons pas faire cela sans votre aide! Rejoignez notre Comité international de soutien aux Batwa pour recueillir des informations, sensibiliser et rechercher des solutions, ou faire un don pour soutenir notre travail. 

 

Nous nous réjouissons de votre participation alors que nous recherchons un monde pacifique et écologiquement durable!

 

#####